Blog

Comment passer au No-poo ?

Grâce à l’article précédent de la catégorie « No-poo », vous avez pris connaissance de toutes les (bonnes) raisons de passer à la méthode au no-poo. Après la question du « pourquoi » vient la question du « comment ».

Vous avez vaguement en tête les différentes manières possibles de se laver les cheveux sans shampoing grâce à cet article, et vous avez envie de vous lancer ? Vous avez frappé à la bonne porte ! Je vais dans cet article vous expliquer pas-à-pas comment adapter progressivement votre routine capillaire pour passer à la méthode no-poo.

Il faut tout d’abord savoir que le « but ultime » de la méthode no-poo est de pouvoir se passer totalement de shampoing… Mais également de tout autre produit, même naturel, pour se laver les cheveux. De nombreuses personnes ayant adopté la méthode no-poo ont ainsi réussi à réguler au maximum la production de sébum de leur cuir chevelu et peuvent désormais se laver les cheveux… A l’eau uniquement.

Vous avez bien lu ! La méthode consistant à n’utiliser que de l’eau pour se laver les cheveux s’appelle le « water only » (eau uniquement). Pour que cette méthode de lavage soit efficace cependant, il vous faut déjà être à un stade très avancé de no-poo. Votre cuir chevelu devra tout d’abord s’être régulé au point de ne plus produire que très peu de sébum, et le lavage à l’eau permettra seulement de débarrasser vos cheveux des poussières et de la transpiration, et de répartir le sébum sur l’ensemble de vos cheveux (encore une fois, le sébum n’est PAS de la saleté ! C’est une protection dont vos cheveux ont besoin pour se protéger des agressions extérieures).

 fghj

  • 1ère étape : Débarrasser votre salle de bain des produits « cracra »

Par « produit cracra » j’entends l’ensemble des shampoings, après-shampoings, masques, sprays, gels, laques, huiles capillaires, leave-in, produits bouclants… qui contiennent des silicones, des huiles minérales, des tensioactifs sulfatés agressifs, des ammoniums quaternaires, des PEG, des conservateurs dangereux (parabens) etc.

Voici un petit Tableau des composants cosmétiques nocifs des ingrédients à éliminer de vos produits capillaires (je n’en suis pas l’auteur). Pensez à l’imprimer ou à l’avoir sur votre téléphone quand vous faîtes les courses J.

Si vous avez un doute sur l’un des ingrédients, vous pouvez vérifier sa nocivité sur deux sites :

  • La vérité sur les cosmétiques → dans l’encadré « Recherche INCI », tapez le nom d’un ingrédient ou les premières lettres du mot. Cliquez sur « ajouter » pour garder l’ingrédient en mémoire et faites de même pour l’ensemble de la composition INCI de votre produit. Ne prenez que des produits qui ne contiennent que des ingrédients qui ont deux ou trois sourires.

  • Zenziscope → l’avantage de ce site est que vous pouvez copier-coller toute la composition du produit d’un coup.

 

(Je ferai un article plus détaillé sur la composition INCI bientôt)

 gh

Après avoir lu et analysé les différentes compositions de vos produits habituels, vous découvrirez sûrement que tous (ou presque) contiennent des ingrédients cracra… Et ça n’est que pour les produits capillaires ! Il en va de même pour tous les autres cosmétiques (article général sur le passage aux produits naturels à venir).

Pas de panique ! Il existe des centaines de marques naturelles et labellisées que vous pourrez utiliser sans crainte.

 ghj

Que faire de tous vos produits cracra ?

NE LES JETEZ PAS ! Ou le moins possible. Ce serait un énorme gâchis d’argent et de plastique…

 ghj

  • 1re possibilité: vous pouvez les donner.

Certes, dis comme ça, et après ma mise en garde contre les dangers de ces produits (cf article qu’est-ce que le no-poo + composition INCI), ça peut paraître hypocrite et passer pour un cadeau empoisonné. Mais tout le monde n’en est pas à ce stade de prise de conscience, et certain(e)s de vos ami(e)s / conjoint(e)s / collègues seront sûrement ravis de pouvoir les utiliser.

Si vos produits ne sont pas ouverts, vous pouvez également les donner à des associations d’aide aux personnes démunies.

 ghj

  • 2e possibilité: vous pouvez détourner leur utilisation.

Vous vous rappelez quand je vous avais dit que les tensioactifs utilisés dans les shampoings du commerce étaient les mêmes que ceux utilisés dans les lessives ? Bingo, vous pouvez utiliser vos shampoings pour faire le ménage (dégraisser vos éviers, plaques de cuisson, nettoyer les toilettes, le sol, les vitres…). Ce sera très efficace et ça évite un immense gâchis.

Les après-shampoings et huile peuvent quant à eux être utilisés pour redonner de la brillance au cuir en cirant vos chaussures.

 hj

Cette première étape est extrêmement importante. Vous ne pourrez en effet pas constater les effets du no-poo si vous continuez à utiliser des produits contenant des silicones, des tensioactifs agressifs et des huiles minérales…

 hj

  • 2ème étape : Espacer ses shampoings

Cette étape peut être faite concomitamment avec la première, et consiste à espacer la durée entre deux lavages de cheveux. Vous les lavez tous les jours ? Essayez de tenir deux jours ! Vous les lavez trois par semaine ? Pourquoi ne pas passer à deux fois seulement ?

/!\ Il est nécessaire à cette étape d’investir dans un shampoing BIO et/ou « clean » (ne contenant aucun des produits présents sur le tableau ci-dessus, et contenant le plus possible de produits naturels bruts).

hj

Où acheter votre shampoing clean ?

 hj

  • En magasin BIO

Et j’insiste sur la mention « BIO ». Il existe en effet des marques dont le marketing est basé sur le caractère prétendument « naturel » de leurs produits, alors que la vérité est tout autre quand on prend la peine de se pencher sur la composition. On appelle cette technique de marketing le « greenwashing » (article détaille à venir). Des marques comme Yves Rocher, Lush ou encore Timotei pratiquent le greenwashing, et sont pour certaines disponibles en grande surface.

Restez vigilants et ne tombez pas dans le piège ! Si vous n’êtes pas sûrs du caractère clean du produit, ne l’achetez pas. Prenez sa composition en photo et vérifier chez vous (ou en direct si vous avez Internet sur votre portable ou que vous avez, sur mes bons conseils, téléchargé le tableau ci-dessus 😉 ) les ingrédients pour lesquels vous avez un doute sur les deux sites précédemment cités.

Conseil : si le deuxième ingrédient de la composition INCI est « sodium lauryl sulfate » ou « sodium laureth sulfate » reposez immédiatement la bouteille.

Vous trouverez en magasin BIO de nombreuses marques totalement cleans et certifiées BIO, à tous les prix. Vous pouvez vous référez à cette liste de la blogueuse « Les cheveux de Mini », qui liste 120 marques clean que vous pouvez acheter les yeux fermés (ou presque 😉 ).

 hj

  • Sur Internet

S’il n’y a pas de magasin BIO près de chez vous et que vous n’avez pas envie de faire des kilomètres pour acheter un shampoing (je comprends) vous pouvez l’acheter sur Internet.

ATTENTION cependant à bien vérifier la composition INCI du produit. Si vous ne la trouvez pas facilement sur le site → c’est louche, n’achetez pas ! Référez-vous à la liste de marques de Mini.

ATTENTION : si vous achetez en dehors de l’Union Européenne, les normes ne sont pas les mêmes, et il arrive (fréquemment) que les fabricants tronquent les compositions de leurs produits en ne faisant pas apparaître certains produits chimiques, comme les émulsifiants et les conservateurs.

 

=> Je vous conseille d’acheter un produit fabriqué en France ou au sein de l’Union Européenne.

 hk

Il vous arrivera certainement au début de cette étape d’espacement des lavages d’avoir les cheveux gras… Vous pouvez vous arrangez pour que ce jour « gras » tombe le week-end / quand vous ne comptez pas sortir. Vous pouvez également attacher vos cheveux, mettre des jolis bandeaux ou foulards ou encore utiliser du shampoing sec (clean uniquement ! Astuce : un peu de maïzena / poudre de cacao selon votre couleur de cheveux appliquée au pinceau sur vos racines absorbera l’excès de sébum et vous donnera du volume. Hop un jour de gagné ! Voici une petite vidéo explicative).

Afin de bien suivre l’évolution de votre rythme de shampoing, je vous conseille de noter à quelles dates vous vous lavez les cheveux. Ça n’a l’air de rien mais on oublie très vite à quel moment on les a lavés ! Vous pouvez par exemple les noter sur le calendrier intégré à votre portable (c’est ce que je fais encore aujourd’hui, en ajoutant un petit logo de baignoire et en précisant quelle méthode de lavage j’ai utilisé).

 hj

  • 3ème étape : Bien se brosser les cheveux

Le brossage de cheveux est souvent présenté comme une étape très importante dans le no-poo. Un brossage minutieux et quotidien permet de débarrasser les cheveux des poussières et de répartir sur le sébum sur l’ensemble de la chevelure (dis comme ça ça fait un peu « j’étale le gras », mais dîtes-vous que ça vaut le coup et que c’est bénéfique pour vos longueurs !).

Vous pouvez vous brossez les cheveux le matin, le soir, les deux ou… Absolument quand vous voulez en fait il n’y a pas de règle ! Pensez à brosser également la tête en avant pour atteindre le haut de la nuque et donner du volume à vos cheveux.

 hj

Quelle brosse utiliser ?

Il faut savoir que les brosses en plastiques favorisent la casse des cheveux. Mais ce qui casse surtout les cheveux c’est de les brosser trop énergiquement ! Pas la peine d’y aller comme un bourrin pour se démêler les cheveux J. Prenez votre temps, et commencez à brosser vos cheveux au niveau des pointes, puis remontez doucement (cette méthode est très douce mais efficace même pour les cheveux qui s’emmêlent beaucoup).

Les deux brosses tip-top pour prendre soin de ses cheveux sont :

  • La brosse en bois à picots: grâce aux picots qui pénètrent dans la masse de vos cheveux, vous vous assurez de bien les démêler. Les picots sont en outre masser le cuir chevelu, activant ainsi la circulation sanguine et donc la pousse des cheveux.

brosse-bois2

(source: http://www.edelweiss-cheveux.com/2012/09/mes-brosses-et-peignes-en-detail.html)

  • La brosse en poil de sanglier (ou son équivalent vegan) : cette brosse ne démêle pas les cheveux, mais sert à étaler le sébum et à aérer votre cuir chevelu. Brossez avec les cheveux qui entourent le visage (haut du front, derrière les oreilles, nuque) → vos cheveux seront moins gras et auront plus de volume. Brossez avec l’ensemble de vos cheveux et vos longueurs et pointes seront douces et lisses.

brosse-sanglier

(source: http://www.edelweiss-cheveux.com/2012/09/mes-brosses-et-peignes-en-detail.html)

 hj

Que faire si on a les cheveux ondulés / bouclés / afros ?

Pas question de se brosser les cheveux tous les jours quand on veut conserver ses boucles… Cette étape a été un de mes dilemmes au début de mon expérience no-poo. Ma solution : brosser la tête en avant avec la brosse en poils de sanglier mais uniquement les cheveux qui entourent le visage, ainsi que les pointes. Ce brossage donnera du volume aux cheveux et vos cheveux seront moins gras et plus « aérés ». Avant de faire votre shampoing, démêlez vos cheveux à l’aide de la brosse en bois puis brossez entièrement vos cheveux avec la brosse en poils de sanglier.

 hj

Et le brossage sur cheveux mouillés ?

Il est souvent déconseillé car il serait responsable de la casse des cheveux, ceux-ci étant plus fragiles lorsqu’ils sont mouillés. Cette solution étant cependant l’unique recours de certaines personnes ayant les cheveux très bouclés, il vous est toujours possible d’humidifier vos cheveux tous les jours avant de brosser ou alors de ne les brosser qu’avant le lavage.

 hj

Un élément essentiel de cette troisième étape est de laver ses brosses / peignes régulièrement et minutieusement. Pour cela, utiliser vos anciens shampoings cracra, ou un mélange eau chaude / bicarbonate de soude (attention à ne pas laisser tremper longtemps vos brosses en bois dans l’eau ça les abîme !). Vous pourrez également utiliser vos restes de tambouilles lorsque vous vous serez lancés dans votre propre confection de no-poo J.

 hj

  • 4ème étape : Préparer ses propres tambouilles « no-poo »

Si vous êtes satisfaits de l’espacement de vos lavages au shampoing clean et que vous avez bien débarrassé vos cheveux des silicones, ou tout simplement si vous n’avez pas envie d’attendre et que vous êtes prêts à franchir l’étape supérieure, vous pouvez préparer vos propres tambouilles « no-poo ». Il existe des dizaines de recettes permettant de se laver les cheveux sans shampoing, je vous renvoie à mon article sur le sujet.

Il faut savoir que toutes les recettes de no-poo ne conviennent pas à tous les types de cheveux, et qu’il vous faudra certainement tâtonner un moment pour trouver votre routine capillaire et les produits qui vous conviennent le mieux. Il est également possible que vos cheveux subissent une période de transition, où ils seront moins beaux et un peu ternes, car débarrassés de tous les silicones et huiles minérales des shampoings cracras. Pas de panique ! Ca n’est qu’un cap à passer.

 hj

Pour éviter de dépenser des fortunes dans des produits que vous n’utiliserez qu’une ou deux fois, vous pouvez :

  • Utiliser ce que vous avez déjà dans vos placards (œufs, miel…)

  • Acheter des petites quantités (par exemple un peu de rhassoul, quelques noix de lavage, de la farine de pois chiche en vrac…)

  • Acheter les produits en commun avec des amis: vous partagez les frais et les produits, ce qui vous permet de tout essayer pour moins cher

 hj

Vous avez essayé des dizaines de recettes et rien ne vous convient ? Vous n’avez pas le temps de préparer vos tambouilles minutes avant chaque shampoing ? Vous voyagez souvent et trouvez cette méthode contraignante ?

 gh

Une très bonne alternative au no-poo « pur » est l’achat et/ou la confection de shampoings solides. Ceux-ci se présentent comme des pains de savons mais sont composés de tensioactifs doux qui laveront vos cheveux en douceur. Ces shampoings sont très économiques et se transportent facilement (pratique quand on prend l’avion souvent et qu’on n’a pas droit à plus de 100ml de liquide !). Article sur la confection de shampoings solides à venir.

 h

Récapitulons : à cette étape vous :

  • N’utilisez plus aucun produit cracra pour laver et prendre soin de vos cheveux
  • Vous vous brossez régulièrement les cheveux avec des brosses adaptées
  • Vous lavez régulièrement vos brosses et peignes
  • Vous vous lavez les cheveux au no-poo avec vos propres tambouilles et/ou avec un shampoing solide et/ou avec un shampoing clean
  • Vous faites moins de shampoings qu’avant

BRAVO !

Vous avez fait le plus dur, et tant vos cheveux que la planète vous en remercient (plus de produits polluants rejetés dans l’eau, moins de plastique, économie d’eau…).

 hj

Vous ne voulez pas vous arrêter en si bon chemin ? On continue alors !

 hj

  • 5ème étape : Faire une cure de sébum ou un mois sans rien

Sur la majorité des blogs, il est conseillé de faire cette étape au moment de l’espacement des shampoings et avant de passer réellement au no-poo. Je ne suis pas d’accord et ne considère pas du tout cette étape comme une nécessité absolue.

 hj

Qu’est-ce qu’une cure de sébum ?

Comme son nom l’indique, il s’agit de faire profiter au maximum vos cheveux du sébum qu’ils produisent. Pour cela, il ne faut pas vous laver les cheveux pendant un mois / tant que votre sébum n’a pas atteint vos pointes. Pour aider à faire glisser le sébum, il conviendra de brosser minutieusement vos cheveux une à deux fois par jour.

 gh

A quoi sert cette cure ?

La cure de sébum a de nombreux bienfaits : elle permet de répartir le sébum sur les longueurs et les pointes afin de les soigner, permet une pousse plus rapide des cheveux, et permet surtout d’espacer ses lavages. Le but premier de cette cure est de réguler la production de sébum de votre cuir chevelu → un cuir chevelu qui ne manque pas de sébum en produira moins ! Après un mois de cure, vous pourrez en principe gagner un ou deux jours dans votre espacement de shampoing.

 hj

Qu’est-ce qu’un mois sans rien ?

Le principe est le même que celui de la cure de sébum = pas de shampoing pendant un mois. Vous pouvez cependant ici utiliser du shampoing sec et faire des water-only (c’est-à-dire vous lavez les cheveux à l’eau). Le « mois sans rien » porte donc très mal son nom, mais c’est le terme qui est majoritairement utilisé sur Internet donc autant que vous le connaissiez.

 hj

Il faut savoir que ces cures et de façon plus générale le passage au no-poo ne vous permettront pas nécessairement d’espacer vos lavages à plusieurs semaines. Il existe en effet de très nombreux facteurs qui agissent sur la production de sébum de votre cuir chevelu : l’alimentation, la pollution, les hormones, le stress, la météo… Si vos cheveux regraissent toujours aussi rapidement malgré le no-poo, il faudra vous penchez sur ces autres facteurs.

 gh

Ca y est, vous avez fait une cure de sébum / un mois sans rien ? Vous n’en avez pas fait mais voulez passer à la vitesse supérieure ? C’est parti !

 hj

  • 6ème étape : Passer au water-only

On y arrive enfin. Le but ultime de tout no-pooeur (ou pas) : le water-only. Comme expliqué précédemment, cette technique consiste à ne se laver les cheveux qu’à l’eau.

Je ne pratique pas le water-only, je ne pourrais donc pas trop vous conseillez. Il existe plusieurs méthodes pour ressortir avec les cheveux bien propres et éviter que l’eau leur donne un effet poisseux, parmi lesquelles :

  • Alterner eau chaude et eau froide
  • Rincer ses cheveux la tête en bas
  • Brosser ses cheveux en même temps (attention à la casse ! On y va doucement)
  • Utiliser une serviette humide en microfibre pour laver les racines

 hj

Voilà vous savez maintenant tout de la méthode no-poo : en quoi elle consiste, ses bienfaits et la marche à suivre pour l’adopter.

 gh

Je vous propose cette liste récapitulative dans laquelle j’ai noté étape par étape la marche à suivre pour se lancer dans le no-poo. Vous pouvez l’imprimer et le garder à porter d’yeux dans votre salle de bain jusqu’à ce que vous vous sentiez prêt·e·s à franchir le pas !

 hj

Bon no-poo et à très vite,

Douce Negligence

Recette de granola aux six flocons

granola

hj

Bon j’admets que le titre fait un peu prétentieux… Mais cette recette porte quand même bien son nom !

Pour ce premier article cuisine sur le blog, je vous présente une recette de granola. Je pensais que ça s’appelait du muesli, mais il existe en réalité une différence entre les deux : le granola est cuit au four alors que le muesli ne l’est pas. La recette du granola comporte également des matières grasses permettant aux flocons de s’agglomérer et de former des morceaux (miam c’est ce qu’on préfère non ?).

Cette recette est très simple et rapide à réaliser.

 

Ingrédients:

 P1000848.jpg

  • Des flocons d’avoine
  • D’autres flocons de votre choix
  • Des graines de lin (facultatif)
  • Du sirop d’érable
  • De l’huile de coco (ou une autre huile)
  • Du jus de pomme (facultatif)
  • Du chocolat (facultatif)
  • Des fruits secs (facultatif)

Comme vous pouvez le voir il y a beaucoup d’ingrédients facultatifs. C’est un des avantages de fabriquer son granola soi-même : on y ajoute absolument ce qu’on veut… Il faut simplement avoir une base de flocons d’avoine, d’huile et de sirop d’érable.

J’ai pour ma part utilisé un mélange de flocons trouvé à Biomarkt (magasin BIO allemand), composés de flocons d’avoine, de blé, de seigle, d’orge, de riz et d’épeautre (d’où le titre 😉 ). J’y ai ajouté des graines de lin brunes parce que j’en avais sous la main, et que ça a très bon goût.

Le sirop d’érable et l’huile de coco sont les matières grasses qui vont permettre aux flocons de s’agglomérer, vous pouvez avoir la main lourde avec ces deux ingrédients. J’ai ajouté un peu de jus de pomme ainsi que des morceaux de chocolat au lait.

Vous pouvez par exemple ajouter au granola des noisettes, des noix, des amandes, ou encore des raisins secs ou de la noix de coco râpée, selon ce que vous préférez.

Je n’ai pas utilisé de balance pour peser chaque ingrédient, j’ai ajouté un peu au pif. Pas besoin d’être précis, ajoutez les ingrédients comme vous le sentez.

 

Préparation:

0/ Préchauffez votre four.

1/ Versez les flocons et les graines de lin dans un saladier et mélangez.

2/ Ajoutez tous les ingrédients secs : noisettes, amandes, noix de coco râpée, fruits, copeaux de chocolat…

 

ertyui

3/ Ajouter environ 5 cuillères à soupe d’huile de coco (préalablement chauffée au micro-onde, l’huile de coco étant solide à température ambiante) et mélangez.

4/ Ajoutez le sirop d’agave en bonne quantité et mélangez au fur et à mesure. L’ensemble des flocons doit être recouvert d’huile et de sirop d’érable.

fghjk

fghj

5/ Ajoutez deux cuillères à soupe de jus de pomme (facultatif)

6/ Mélangez et ajustez vos proportions. Les flocons doivent s’agglomérer entre eux quand vous les écrasez avec votre spatule ou votre fourchette.

yguhjk

fghj

7/ Sur une plaque de cuisson recouverte de papier sulfurisé, étalez le granola en couche épaisse (environ 1cm), ce qui permettra de faire des morceaux.

ghj

P1000868

ghjk

8/ Enfourner pendant 15-20 minutes à 160/180 degrés. Veillez à bien surveiller la cuisson pour éviter que le granola ne brûle ! Chaque four chauffe différemment, ajustez le temps de cuisson et la température par rapport au vôtre.

9/ Sortez la plaque du four et laissez refroidir le granola (de 30 minutes à 1H). Rabattez les côtés du papier sulfurisé pour craqueler votre granola et former les morceaux. Réitérez jusqu’à obtenir la taille de morceaux désirée.

fghj

fghj

10/ Versez votre granola dans un bocal en verre refermable (c’est encore mieux si c’est un récipient de récup’ ! Ici c’est un ancien bocal de compote)

C’est prêt ! Vous pouvez déguster votre granola seul ou dans du lait ou du yaourt.

 

P1000886

 

Conservation:

Le granola se conserve sans problème plusieurs semaines dans un bocal en verre bien fermé.

Quels sont les avantages et les inconvénients de ce granola ?

Avantages:

  • Le granola est totalement personnalisable
  • Il est beaucoup moins gras et moins sucré que les granolas du commerce
  • Il ne contient pas d’huile de palme
  • Il est également moins cher

Inconvénient :

  • C’est toujours plus long de le cuisiner que d’en acheter un tout fait… Mais promis ça vaut le coup !
  • Je ne vois pas d’autre inconvénient !

Verdict : je pense avoir cuit mon granola trop vite et trop fort, car il est un peu sec… Mais tout de même très bon, surtout dans du yaourt :).

ghjk

Bon appétit et à bientôt,

Douce Negligence

Pourquoi passer au No-poo ?

Cet article sera dédié à la question « Pourquoi passer au no-poo ? ». Il peut en effet être un peu déroutant d’abandonner les shampoings traditionnels pour se laver les cheveux avec des poudres lavantes ou encore des oeufs… Et c’est normal ! Cet article détaillera du mieux possible les raisons de passer au no-poo.

 

  • 1°/ Les shampoings traditionnels sont beaucoup trop agressifs

Tous les shampoings du commerce, qu’ils soient BIO ou non, contiennent des tensioactifs, qui sont des agents lavants et moussants. Et quand je dis « lavants » je devrais plutôt dire « détergents » en ce qui concerne les shampoings classiques… Leur deuxième ingrédient est en effet un tensioactif extrêmement puissant : le sodium lauryl sulfate ou le sodium laureth sulfate. Vous pouvez vérifier sur vos bouteilles de shampoing et même de gel douche, je vous parie que vous verrez apparaître cet ingrédient juste après l’eau « Aqua ».

Il faut savoir que les compositions des cosmétiques sont règlementées, et harmonisées au niveau européen. Ainsi, la liste d’ingrédients apparaîtra sous le même format dans tous les pays de l’Union Européenne. Cette liste s’appelle la « composition INCI » (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients : nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques). Les ingrédients doivent apparaître dans l’ordre  décroissant de leur quantité : plus on avance dans la liste, moins l’ingrédient est dosé. Il faut savoir que les quatre premiers ingrédients de la liste composent l’immense majorité du produit final. Ceux qui suivent sont dosés à 1 ou 2% seulement. Enfin, les ingrédients dosés à moins de 1% peuvent apparaître dans le désordre (article détaillé sur la lecture d’une composition INCI à venir).

Le tensioactif d’un shampoing apparaît presque toujours en deuxième place, ce qui signifie que la dose du produit est très importante. Les tensioactifs dits « sulfatés » (c’est-à-dire à base de sulfates) sont des détergents chimiques. Ce sont d’ailleurs ces mêmes tensioactifs qui sont utilisés dans les lessives ou les produits dégraissants de cuisine… Ça donne envie de s’en mettre dans les cheveux hein ? 😉

Le cuir chevelu produit naturellement du sébum pour protéger les cheveux et former une barrière contre les agressions extérieures (le froid, la pollution, la poussière…), c’est ce qui donne leur effet gras aux cheveux. Le sébum ça n’est pas de la saleté ! C’est un soin protecteur naturel. Le problème est le suivant : en utilisant des shampoings aux tensioactifs agressifs, nous décapons littéralement nos cuirs chevelus. Ce dernier se sent agressé, et produit en réaction encore plus de sébum… Ce qui nous amène à nous laver encore plus les cheveux… C’est un cercle vicieux dont il est nécessaire de sortir.

La méthode no-poo est une alternative douce et naturelle aux shampoings classiques, qui lave en douceur les cheveux, enlève efficacement le sébum et ce sans agresser le cuir chevelu. Les personnes souffrant d’allergies, d’eczéma ou de psoriasis y trouveront leur compte.

fghjk

  • 2°/ Dans un souci d’économie

Les shampoings classiques sont agressifs et contiennent énormément d’ingrédients potentiellement allergisants, créant ainsi des problèmes comme des pellicules, un excès de sébum, des plaques rouges, des démangeaisons, une chute de cheveux… Pour remédier à ces problèmes dont on ne connaissait pas la cause (jusqu’ici !) il était très tentant de se ruiner dans des produits dits « professionnels » ou encore achetés en pharmacie. Ces produits ne sont PAS MIEUX que les autres ! Ils sont même parfois pires…

En passant au no-poo, vous ferez nécessairement des économies. Peut-être pas au début, quand il vous faudra investir dans les ingrédients nécessaires à la préparation de vos « tambouilles« , mais sur la durée. Vous apprendrez à fabriquer vos propres soins et masques à base d’ingrédients très simples que chacun a dans sa cuisine, et vous amortirez le prix des différents produits en espaçant vos lavages (cuir chevelu moins agressé = cuir chevelu qui produit moins de sébum = moins de shampoings nécessaires !).

ghjk

  • 3°/ Pour sauver la planète

… ou tout du moins y contribuer, à votre échelle. Chaque geste est important quand il s’agit d’écologie ! Les shampoings classiques sont bourrés de produits chimiques qui ne sont pas biodégradables. Les huiles utilisées dans ces cosmétiques sont des huiles minérales, produits issus de la pétrochimie, donc une des industries les plus polluantes, qui puise dans les ressources (rappelons-le, limitées) de notre belle planète.

Les industriels utilisent ces produits dans un souci d’économie : les huiles minérales sont souvent les « déchets » du pétrole qui a servi à produire du plastique. Ce sont des huiles très stables (elles ne rancissent pas ou très peu) et qui reviennent beaucoup moins cher à l’achat que des huiles végétales. Les procédés d’obtention des tensioactifs et de certains émulsifiants et conservateurs sont également extrêmement polluants.

ghj

  • 4°/ Dans une démarche minimaliste ou zéro déchet

Le no-poo c’est également utiliser moins de bouteilles plastiques et ne pas multiplier le nombre de produits utilisés pour les cheveux. De nombreuses poudres lavantes mais également les noix de lavage peuvent ainsi être achetées en vrac en magasin BIO ou dans des sacs en papier recyclables et biodégradables. Quelqu’un qui tendra au zéro déchet pourra ainsi opter pour le no-poo à la farine de pois chiche, disponible facilement en vrac en magasin BIO et très économique. Les poudres ayurvédiques sont quant à elles nécessairement importées (de loin). Veillez à acheter le plus possible des poudres dont vous connaissez la provenance, et si possible labellisées développement durable ou économie solidaire.

ghjk

  • 5°/ Pour avoir de beaux cheveux

On peut aussi passer au no-poo pour des raisons esthétiques : avoir de beaux cheveux. Une fois débarrassés de tous les silicones qui peuvent s’y trouver, les soins que vous prodiguerez à vos cheveux produiront totalement leur effet et vos cheveux seront plus forts, plus doux et plus sains. Le silicone a un effet occlusif : il se dépose tout autour de cheveu et empêche les soins mais également le sébum d’y pénétrer… Ce sont les couches de silicones qui donnent l’aspect faussement brillants à vos cheveux. Les silicones sont de simples caches misère, et nous en devenons dépendants : dans la mesure où ils empêchent les soins de pénétrer, le cheveu qui est en-dessous s’abime et s’affine. Si jamais on arrête d’en utiliser, le cheveu est mis à nu et on ne peut que constater l’étendue des dégâts… « Pourquoi se priver de silicones s’ils rendent beaux nos cheveux ? » me direz-vous. La réponse est double : les silicones sont extrêmement polluants et il existe de nombreuses manières naturelles de soigner vos cheveux et de leur redonner de la vigueur !

Il est en outre très fréquent de constater dans les mois qui suivent le passage au no-poo la pousse de nombreux « bébé cheveux » (ou « baby hair ») au niveau du front et des tempes : la preuve que c’est bon pour vous ! Vos cheveux tomberont également moins et pousseront plus vite. Certain(e)s retrouvent même leurs boucles d’enfance !

fghj

Il n’y a donc que des bonnes raisons de passer au no-poo !

ghj

Je vous ai convaincus ? Si oui, vous pouvez maintenant lire l’article « Comment passer au no-poo ? » pour connaître la marche à suivre pour adopter en douceur cette méthode.

fghj

A très vite sur le blog,

Douce Negligence

Qu’est-ce que le No-poo ?

J’ai commencé à m’intéresser aux alternatives des cosmétiques du commerce quand une copine à moi m’a parlé de la « méthode no-poo », qui faisait des miracles sur elle. « Avoir des cheveux plus beaux et moins abimés tout en les lavant moins ? Dis moi tout ! ». Elle me raconta alors comment elle procédait, quels produits elle utilisait maintenant et m’expliquait les résultats qu’elle avait obtenus depuis qu’elle avait commencé. Le soir même, je dévorais des dizaines d’articles de blog sur le sujet.

Qu’est-ce que le no-poo ?

« No-poo » est la contraction de « no-shampoo » qui signifie « pas de shampoing ». A l’origine, le concept de « no-poo » a été développé aux Etats-Unis par Lorraine Massey, et consistait à se laver les cheveux avec un après-shampoing ne contenant pas de tensioactifs (c’est-à-dire un produit lavant) agressif.

Actuellement, on appelle no-poo tout moyen de se laver les cheveux sans même utiliser de shampoing BIO, après-shampoing ou savon. Lorsqu’à l’inverse on utilise de tels produits il s’agit de « low-poo ».

Vous devez être en train de vous dire « elle est mignonne avec ses précisions terminologiques mais… Comment on se lave les cheveux sans shampoing ?! ». J’y viens ! Figurez-vous qu’il existe des dizaines de produits bruts naturels qui ont un pouvoir lavant, et que l’on peut utiliser pour les cheveux.

nfdjnfksd:

  • Le no-poo le plus connu : le bicarbonate de soude & le vinaigre de cidre

 Le no-poo bicarbonate de soude (BDS) et vinaigre de cidre (VDC) est sans nul doute le plus connu, et le plus répandu sur les articles de journaux en ligne consacrés à la méthode no-poo… Et c’est dommage ! Cette méthode est en effet loin d’être la plus utilisée par les adeptes du no-poo, qui lui préfèreront des méthodes de lavage plus douces. Le BDS a en effet (à la longue) un pouvoir décapant qui pourrait avoir l’effet inverse de celui-ci recherché… L’application n’est pas simple et peut également décourager ceux et celles qui décideraient d’essayer le no-poo si le résultat n’est pas concluant et que les cheveux en ressortent poisseux, ternes ou secs.

Comment procéder ?

La méthode est simple : on dépose dans un bol une petite quantité de BDS (entre 1 et 3 cuillères à café) et on ajoute progressivement de l’eau tiède. On mélange jusqu’à obtenir une pâte lisse et homogène.

L’application se fait uniquement sur les racines (cette précision est valable pour l’ensemble des no-poo !). Le sébum est en effet uniquement présent sur les racines des cheveux. Le rinçage fera glisser le no-poo sur les longueurs, ce qui suffit amplement à les débarrasser des poussières qui auraient pu s’y accumuler. L’application est la partie délicate, car il faut faire attention à ne pas oublier de mèche ! On conseille en général d’appliquer le no-poo raie par raie, en insistant sur les parties les plus grasses (haut du front, derrière les oreilles, nuques et haut du crâne). On masse ensuite délicatement avec la pulpe des doigts afin que le produit s’étale partout. Il suffit ensuite de rincer ses cheveux comme on le ferait avec un shampoing du commerce.

Ce qui peut paraître le plus étonnant au début avec le no-poo c’est que le produit ne mousse pas du tout. Ce sont en effet les tensioactifs agressifs (sodium lauryl sulfate, sodium laureth sulfate) qui font mousser le shampoing. Mais pas de panique, ce n’est pas la mousse qui lave !

Après le rinçage à l’eau, il convient de faire un « rinçage acide » pour rééquilibrer le pH des cheveux (le BDS a un pH basique, c’est-à-dire supérieur à 7). Pour cela, préparez dans une bouteille d’eau une cuillère à soupe de vinaigre de cidre que vous diluez dans 50cl au moins d’eau tiède. Rincez l’ensemble de vos cheveux avec. Oui, ça sent le vinaigre, non l’odeur ne restera pas dans vos cheveux ;). Il n’est pas nécessaire de rincer une nouvelle fois à l’eau.

Le rinçage acide permet de faire briller les cheveux, de refermer leurs écailles et est un excellent anti-pelliculaire naturel.

« J’ai suivi le procédé à la lettre et mes cheveux sont tout bizarres ! J’ai raté quelque chose ? ». Pas forcément ! La texture inhabituelle de vos cheveux peut avoir plusieurs raisons :

– Vous n’avez pas appliqué le produit partout → dans ce cas-là en effet, les quelques mèches oubliées sont restées sales.

– Ce no-poo ne convient pas à votre nature de cheveux → le BDS est peut-être trop agressif pour votre nature de cheveux, il vous faudra alors tester un autre no-poo, et ça n’est pas le choix qui manque !

– Vous n’êtes pas habitués à la texture de vos cheveux sans silicones → tous les shampoings du commerce qui ne sont pas BIO ou « clean » contiennent des silicones, qui vont entourer le cheveu et vous donner cette impression de douceur. Le silicone a également des vertus démêlantes. ATTENTION un produit qui affirme être « sans silicone » mais qui n’est pas BIO et ne contient aucun label slow-cosmétique contiendra dans 90% des cas d’autres produits tout aussi occlusifs, qui étoufferont le cheveu et dont le procédé de fabrication est très polluant.

Dans ce dernier cas, le cheveu est propre mais il « crisse » sous les doigts. C’est tout à fait normal ! Cela ne signifie pas que vos cheveux sont abimés ou sales. Attendez qu’ils sèchent pour voir le résultat :).

bfhbe

  • Le no-poo le plus improbable : l’argile

 Bon ok, ça n’est peut-être pas le plus improbable, mais je ne trouvais de qualificatif approprié… Enfin quand on y pense, ça reste assez improbable de se laver les cheveux avec une matière rocheuse naturelle à base de silicates et/ou d’aluminosilicates hydratés de structure lamellaire non ? (merci wikipédia).

Vous connaissez peut-être déjà les bienfaits de l’argile en masque pour le visage. L’argile a en effet un pouvoir absorbant et dégraissant, qui purifie la peau et ressert les pores. Multiusage, l’argile s’utilise également pour les cheveux.

Le procédé est exactement le même que pour le BDS : on mélange un peu d’argile réduite en poudre avec de l’eau tiède à chaude et on mélange. On l’applique sur les racines, on masse délicatement, on rince. Il n’est pas nécessaire de faire poser ce no-poo, et cela est même fortement déconseillé, l’argile ayant un fort pouvoir asséchant. Le rinçage acide est ici facultatif, l’argile ne modifiant pas le pH des cheveux.

Il existe plusieurs sortes d’argiles : verte, rouge, blanche, jaune, rose… et également des argiles spéciales comme le rhassoul (ou ghassoul). Il s’agit d’une argile marocaine, qui est aussi dénommée « lava Erde » (c’est-à-dire « terre qui lave ») et qui est excellente pour le visage et le corps (article dédié au rhassoul à venir).

Pour les cheveux secs ou abimés, il est conseillé d’ajouter à ce no-poo des agents hydratants, comme du gel d’aloe vera, de la glycérine végétale, du miel ou encore du yaourt (au lait animal ou végétal).

 fbjfb

  • Le no-poo venu d’ailleurs : les poudres ayurvédiques

Les poudres ayurvédiques sont des poudres indiennes à base de plantes. L’Ayurvéda est une science thérapeutique utilisée depuis des milliers d’années en Inde, et est un art de vivre à part entière (article complet sur les poudres ayurvédiques et leurs vertus à venir). Il existe de très nombreuses poudres ayurvédiques, comme la poudre de shikakai, de neem, d’amla, de brahmi, le kapoor kachli, le kachur sugandhi… Chacune de ses poudres a des bienfaits spécifiques tant sur les cheveux, le visage que sur l’équilibre interne du corps.

L’intérêt de ces poudres est qu’elles peuvent être utilisées concomitamment. Certaines d’entre elles sont en effet particulièrement compatibles et entrent en synergie lorsqu’elles sont utilisées ensemble. Leurs effets seront alors renforcés.

Le procédé est encore une fois identique.

gfhj

  • Le no-poo le plus local : la farine de pois chiche

 Je n’ai jamais essayé ce no-poo, mais il semblerait que la majorité de ceux et celles qui l’essayent l’adoptent ! On le trouve très facilement en magasin BIO et il est vraiment peu cher. Il s’agit d’une très bonne alternative aux autres poudres lavantes qui sont souvent importées de (très) loin, et peuvent contrevenir à un mode de vie zéro déchet…

Cette poudre s’utilise comme toutes les autres. Il convient néanmoins de préciser deux inconvénients de ce no-poo : son odeur, pas tip top a priori et la difficulté à le rincer (il arrive que des résidus de poudre ne partent qu’une fois les cheveux secs et brossés).

 ghj

  • Le no-poo le plus protéiné : le shampoeuf

 « Et voilà qu’elle invente des mots, pfff ! ». Le terme n’est pas de moi, et vous l’aurez compris, il s’agit d’une contraction des mots « shampoing » et « oeuf ». Et oui, l’oeuf lave ! Il contient en effet un tensioactif naturel et très doux, particulièrement adapté aux cheveux poreux (article dédié au test de porosité à venir).

Le mode d’utilisation de ce no-poo sera expliqué dans un article dédié au shampoeuf. Ce no-poo apporte des protéines aux cheveux, ce qui les fortifie. Attention cependant à ne pas gaver vos cheveux de protéines. Il conviendra d’alterner ce no-poo avec un autre pour éviter cela.

fghj

  • Le no-poo le plus écolo : les noix de lavage

Peut-être connaissez-vous déjà les noix de lavage, souvent utilisées pour remplacer la lessive dans les machines à laver. Et pour cause, les coques de ces fruits sont naturellement riches en saponine, agent lavant par excellence.

Pour les utiliser en no-poo, il convient d’en faire une décoction : dans une casserole d’eau, faire bouillir entre 6 et 10 noix une dizaine de minutes. Alors qu’elles sont encore dans l’eau, éteignez le feu et couvrez pendant 10 minutes. Ecrasez les ensuite avec une fourchette pour libérer la saponine. Filtrez le mélange afin de ne conserver que le liquide.

Lorsque le mélange est tiède, appliquez sur cheveux mouillés sur les racines, massez et rincez bien. Si vous voulez que le no-poo mousse un peu vous pouvez mettre votre décoction dans un flacon mousseur.

Les noix peuvent être utilisées une seconde fois, et les coques sont biodégradables (vous pouvez les mettre au compost). Ce no-poo est très économique, un kilo de noix coûtant environ 6-8€. Les noix sont très faciles à trouver en magasin BIO.

gvhb

Voici un petit aperçu des no-poo envisageables pour se laver les cheveux. Toujours aussi convaincu(e)s qu’on ne peut pas se passer de shampoing ? 😉

fgh

Cet article étant déjà (très) long, je détaillerai les raisons de passer au no-poo et ses nombreux bienfaits dans un autre article, qui sera suivi de beaucoup d’autres détaillant des no-poo spécifiques ainsi que mes expériences personnelles. En attendant, vous pouvez rejoindre le groupe Communauté No Poo (FR) sur Facebook, dont les fichiers sont de véritables mines d’information.

N’hésitez pas à me poser des questions en commentaires, j’y répondrai avec plaisir !

A bientôt,

Douce Negligence

Bienvenue sur Slow cosmétique & Chill !

Bonjour ou bonsoir, et bienvenue sur mon blog.

 

 

  • Thèmes du blog

Comme son nom l’indique, ce blog sera principalement consacré à la slow cosmétique, aux produits de beauté naturels ainsi qu’aux cosmétiques home-made, mais certains articles concerneront également des sujets tout autres selon mes envies du moment, comme des wish-lists ou des tags.

 

  • A propos de moi

Etudiante en Master 1 de Droit et vivant actuellement à Berlin, j’aimerais devenir avocate en propriété intellectuelle. Je suis passionnée par les cosmétiques naturels et home-made depuis plus d’un an, et ai finalement décidé d’y consacrer ce blog pour partager avec vous mon expérience et mes découvertes dans la beauté BIO et échanger des conseils. J’aime plus que tout mon chat, l’univers d’Harry Potter et manger des chips.

En vous souhaitant une bonne lecture,

Douce Negligence

f,kdl,fke,fes

fkldfklsfkls

P.S: toutes les images sont issues de Pinterest.